Une histoire tirée par les cheveux…

Les cheveux constituent une marque de bonne santé et de jeunesse dans nos sociétés. C’est bien entendu culturel, car en d’autres temps et d’autres lieux, il était de bon ton de se raser la tête…

Néanmoins, les cheveux posent question et sont le sujet de nombreuses conversations… Rappelons qu’il s’agit, comme pour tous les phanères, de cellules mortes!

D’où viennent ces pellicules?

Les pellicules sont une plainte très commune. Cependant, il faut distinguer les pellicules «sèches» des pellicules «grasses». Les pellicules sèches, mais aussi les pellicules grasses, sont le plus souvent d’origine mycosique: le Pityriasis simple, dans le premier cas, et le Pityriasis stéatoïde dans le second. Attention, il en existe différents types. On ne confondra pas ces pityriasis-là avec son cousin le plus connu le Pityriasis versicolor, provoquant des décolorations de la peau. Dans le cas du cuir chevelu, la colonisation par le champignon accélère la desquamation de l’épiderme qui tombe comme neige sur nos épaules.

C’est évidemment une affection bénigne, même si elle peut être gênante. Le port d’un chapeau, d’une casquette et une transpiration abondante peuvent favoriser leur apparition. Les shampoings antipelliculaires sont efficaces, mais tous ne conviennent pas à chaque individu. Ces produits doivent aussi être utilisés avec circonspection: tous les deux jours environ, pas plus, en veillant à bien rincer. La plupart contiennent des substances antifongiques, comme le sulfure de sélénium ou des sels de zinc. Si la perte de pellicules se poursuit pendant plusieurs semaines, il est prudent de consulter une ou un dermatologue.

En effet, en l’absence d’une amélioration, on évoquera des diagnostics moins bénins comme un eczéma du cuir chevelu, souvent provoqué par un autre champignon: Malassezia. Il est possible qu’il s’agisse aussi d’une teigne, d’une infection locale à S. aureus ou même d’un psoriasis.

Je perds mes cheveux: est-ce normal?

Le cheveu provient d’un follicule pileux qui se développe dès la huitième semaine de grossesse. Cependant, les cheveux n’apparaissent chez le fœtus que durant la 28e semaine généralement. La partie apparente, morte, est la tige du cheveu (ou du poil) alors qu’en dessous de la peau, le follicule est formé par le bulbe et les gaines épithéliales. C’est la partie vivante du cheveu. La tige est formée de kératine, une protéine, dont l’acide aminé prépondérant est la cystéine. La vie du cheveu suit un cycle. Une phase de croissance (3 à 5 ans), une phase d’involution (3 semaines) et la phase de repos conduisant à l’expulsion (deux mois). Il existe une mort programmée du cheveu et donc la réponse à la question initiale est affirmative. Nous perdons en moyenne une centaine de cheveux par jour.

Variations hormonales, stress, pollution extérieure, toxiques (comme le tabac) sont autant de facteurs qui peuvent favoriser les pertes capillaires. Parmi d’autres, l’alimentation peut jouer un grand rôle et il est nécessaire d’apporter aux follicules pileux tous les éléments nutritifs nécessaires pour favoriser voire tonifier la santé capillaire. Gare aux carences! Bien entendu, une grande part est liée à l’âge, contre lequel il est impossible de lutter, mais que l’on peut tenter de compenser en partie par l’apport des compléments alimentaires. Aux personnes qui s’en plaignent, on pourra conseiller des compléments contenant de la vitamine B, du zinc, du fer et des acides aminés soufrés, dont la cystéine ou la méthionine, afin de combler les éventuels déficits et de lutter plus efficacement contre le stress oxydatif, qui constitue un véritable poison pour nos cellules. Néanmoins, si le problème persiste plus de 3 mois ou s’aggrave, il est prudent de consulter un médecin pour exclure toute pathologie participant à cette chute.

Perte de cheveux et perte de masse: quelle différence?

Contrairement parfois à la chute de cheveux, la perte de masse capillaire s’étend sur une longue période. Les causes sont cependant similaires. La diminution du nombre de follicules pileux réduit, de facto, la quantité de cheveux par cm² sur le cuir chevelu. Malheureusement, ce n’est pas tout! Cela s’accompagne aussi souvent d’une réduction de leur épaisseur et de la force des follicules pileux, encore plus sensibles aux facteurs extérieurs qu’avant. C’est la raison pour laquelle toute méthode permettant de prévenir cette faiblesse du follicule pileux est bonne à prendre. N’oublions pas que le cheveu visible est composé de kératine et non de cellules vivantes, c’est donc bien par l’intérieur, en apportant les nutriments et les acides aminés indispensables, que l’on parviendra à maintenir une bonne santé capillaire.

Changement de couleur: à tout âge?

L’apparition de cheveu blanc, gris est le signe de la maturité, puis de la vieillesse, mais quand cela arrive-t-il?

La réponse simple est de dire que c’est variable d’une personne à l’autre. Néanmoins, il y a des limites à l’âge de la canitie. C’est surtout la détection des cheveux blancs qui pose problème. Elle passera souvent longtemps inaperçue sur des cheveux clairs, alors qu’elle sera bien visible sur des cheveux foncés riches en mélanine. En effet, c’est ce pigment coloré brun-noir qui teint la peau aussi bien que les poils ou les cheveux. Avec l’âge, les mélanocytes meurent ou deviennent moins actifs, ce qui rend le cheveu décoloré.

Les cas les plus connus de dépigmentation sont les personnes atteintes d’albinisme, une pathologie génétique qui peut survenir dans toutes les ethnies chez l’homme, mais en fait dans toutes les espèces d’animaux. On parle aussi parfois d’albinisme chez les plantes pour décrire la carence en chlorophylle de certaines d’entre elles, parfois très recherchées par les horticulteurs. 

Des carences en cuivre ou un déficit en vitamine B12 peuvent affecter également la coloration des cheveux et des poils. Des études récentes sur le stress à long terme ont démontré, chez les souris, la perte de coloration des poils.

Il n’y a pas de solution curative miracle, mais il existe de nombreuses solutions cosmétiques. On peut aussi penser à arracher le cheveu rebelle, qui contrairement à ce que l’on croit ne se dupliquera pas par la suite… Cependant, c’est vain et douloureux!

L’apparition de cheveux blancs à 30 ou 40 ans peut être considérée comme normale. Avant cet âge, une visite chez le dermatologue peut s’imposer. 

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.